top of page

Autisme: une colocation presque comme les autres



Souvent marginalisés, les personnes atteintes de troubles du spectre autistiques aspirent pourtant à une vie sociale riche. Pour aller dans ce sens une colocation vient d'être créée.


L'association Espérance Bleue 82, membre du réseau Autistes sans Frontières, est née il y a un an de la volonté de parents de jeunes adultes autistes du Tarn-et-Garonne. Pour favoriser l'accès de ces jeunes a une vie quotidienne la plus normale possible, l'association, forte de ces 142 adherents, soutient um projet d'habitat inclusif à Castelsarasin, qui permettra à six jeunes adultes souffrant de troubles du spectre autistique de mieux vivre en inclusion dans la société. Un accompagnement individuel et adapté est prévu, afin d'intégrer au mieux les sphères sociale et professionnelle


Une initiative soutenue par L'Art s'invite à Moissac.


Une colocation vient de voir le jour dans la ville sous-préfecture, en attendant la construction d'appartements groupés autour d'un lieu de vie collectif (habitat Accompagné Partagé et Inséré (API) dans la vie locale), en partenariat avec la municipalité. Début décembre, c'est une association moissagaise qui a apporté son concours.

L'association Moissac Métiers d'Art et de Création (2MAC), qui met en place chaque année l'opération L'Art s'invite à Moissac dans la ville voisine, a organisé une vente aux enchères d'oeuvres d'art réalisées cet été dans le cadre de la manifestation, au profit d'Espérance Bleue 82.

Ce samedi 22 janvier a eu lieu la remise du chèque du produit de la vente par Kevin Valentini, président de l'association 2MAC, aux bénévoles d'Espérance Bleue 82, représentes ce jour par Christine Marcon (trésorière), son fils Quentin et David Gasquet, le vice-president. Les artistes et artisans d'art moissagais donnent ainsi du sens et un engagement à la pratique de leurs talents, avec ce soutien actif à cette cause citoyenne, celle de l'inclusion des personnes handicapées. Mais Espérance Bleue 82 ne compte pas en rester la, en envisageant de développer le concept ailleurs dans le département et au-delà de l'autisme

avec pour ultime ambition de permettre aux personnes en situation de handicap de trouver leur place, à travers l'habitat inclusif, mais également par le bénévolat et le travail.


Rédigé par La Dépêche,

Le 26 janvier 2022,

2 vues0 commentaire

Commenti


bottom of page